Président Andry Rajoelina : message à la Nation du 31 décembre 2010

=================================
===========
TRADUCTION
===========

Malagasy mes amis et compatriotes,

 

Louons le Seigneur de nous avoir guidés tout au long de cette année 2010 qui s’achève. Ce fut un an parsemé d’épreuves et d’embûches que nous avons parcouru.

 Tous les remerciements reviennent au peuple malgache qui a prouvé sa Foi, sa Confiance et son Amour.

C’est dans des moments difficiles amenant au bord du désespoir que sont apparus la Force, l’Espérance et une nouvelle vision qui nous ont permis de planifier et d’édifier ensemble un nouveau projet de société pour un nouveau Madagascar.

Et c’est ainsi qu’est née la quatrième république, qui a marqué l’Histoire, sur laquelle repose tous les espoirs du peuple malagasy.

J’ai confiance en un avenir brillant pour Madagascar tant que nous cheminerons côté à côte et que nous nous entraiderons.

 

Tompokolahy sy Tompokovavy,

 

Toutes les rudes épreuves que nous avons endurées le long de ces vingt-et-un derniers mois nous apporteront des bienfaits. Car c’est dans ces pires moments, et depuis le début, que nous avons prouvé notre soutien mutuel, notre endurance et notre solidarité que nous devons consolider jusqu’au bout.

Malgré  toutes sortes de dénigrements et de crocs-en-jambes, le referendum a pu être organisé dans le calme et la sérénité. Et cela, grâce à nos ressources propres et aux moyens que nous avons eu à portée de mains. Ainsi le slogan : « Fierté nationale et Patriotisme » est devenu une réalité vraie dans un inébranlable  esprit de solidarité. 

Par ailleurs, malgré la carence de financements extérieurs, nous avons également réussi à nous acquitter du lourd fardeau des dettes contractées par l’Etat malagasy.

Nous n’avons fait aucun emprunt et nous n’avons jamais utilisé la planche à billets.

La monnaie malgache n’a pas été dépréciée et a toujours gardé sa valeur vis-à-vis du taux des devises extérieurs.

La politique d’austérité a été de mise au niveau des finances publiques et la pratique de la bonne gouvernance a permis de limiter la gabegie et dépenses inutiles.

Pour donner un exemple, les déplacements extérieurs des responsables de l’administration publique ont été suspendus. Ce, dans le but d’éradiquer les dépenses extravagantes.

Nous avons également réussi à diminuer le budget administratif  jusqu’à 44%  mais cela n’a affecté en rien la réalisation de nombreux projets.

Enfin, afin d’amoindrir les impacts négatifs sur le quotidien de la population, nous avons réussi de maintenir un équilibre stable du prix des carburants à la pompe.

A la suite de la politique d’austérité et de nos efforts de bonne gouvernance, des avancées palpables vers le développement sont tangibles.

 

D’autres projets sont déjà en cours de réalisation comme les « Trano mora » (habitations en location/vente) ; la construction de centres hospitaliers répondant aux normes requises ; la mise en circulation de « tramway » ; le fonds spécial de créations d’emplois pour les jeunes ; les palais et complexes sportifs et l’Espace des Arts d’Antsonjombe qui sera le plus grand du genre dans cette sous-région de l’océan Indien.

Toutefois, malgré ces efforts et les réalisations concrètes, il reste beaucoup à faire. Particulièrement dans le domaine de la sécurité publique en milieu urbain jusqu’en milieu rural ; la lutte contre la corruption et la création d’emplois.

D’autre part, nous avons également été confrontés à des revendications irréalistes qui ont perturbé la gestion des affaires de l’Etat. Tant il est vrai qu’il est si difficile de changer de comportement et la manière  de penser de tout un chacun.

 

Tompokolahy sy Tompokovavy,

 

Ensemble nous devons chercher tous les moyens pour développer notre pays bien-aimé et nous devons anticiper son avenir.

Nous devons nous respecter mutuellement et cesser d’utiliser des gestes et  paroles blessantes ainsi que les provocations.

Il est temps que s’arrêtent les suspicions et les chassés-croisés.

Nous devons nous efforcer de nous écouter mutuellement. Nous pouvons parfaitement nous rapprocher dans le respect dicté par la sagesse ancestrale bien malagasy.

Que plus rien ni personne ne cherche à diviser ou même à faire se confronter les Malagasy. Nous devons penser avec le même esprit, avoir le même cri du cœur.

 

Humilité et échanges de points de vue sans arrière-pensée ni hypocrisie : voilà ce qui doit guider tout un chacun.

Lors de la Conférence nationale, nous avons accepté la mise en place d’un gouvernement d’union (d’ouverture) pour l’organisation de toutes les élections qui devront avoir lieu l’an prochain. Car l’année 2011 sera bien une année d’élections.

 

Ry Malagasy namana,

 

Ici, je me tourne particulièrement vers les faibles, les malades, les orphelins, ceux qui n’ont personne pour les protéger mais aussi à vous tous Malagasy mes amis. Je raffermis ma volonté d'œuvrer  pour améliorer  la qualité de vie de tout un chacun et je concentrerai tous mes efforts pour développer la Nation.

Ensemble nous irons de l’avant pour réaliser le défi que nous avons relevé : celui de ériger un Madagascar nouveau, qui dresse la tête, développé, pour être la Fierté de tous les Malagasy.

Beaucoup de projets nous attendent. Quelles que soient les difficultés qui peuvent survenir pour les entraver, l’année 2011 sera « l’Année du Défi et du Développement ».

Je fais de ce défi un devoir que nous accomplirons ensemble et que nous réussirons à concrétiser, Amis Malagasy.

 

Ry Malagasy mpiray Tanindrazana,

 

A la veille du nouvel an, je vous souhaite à tous, à vous et à vos familles respectives, ce qu’il y a de bien et de meilleur. Que tous nous puissions accueillir ce Nouvel An 2011dans la Santé, la Sérénité et l’Allégresse !

Que l’Amour -inscrit dans la devise de la république- règne sur notre Nation.

Nous avons confiance en l’Avenir et nous avons confiance en la bénédiction de Dieu

 LA PATRIE EST SACREE !

 

Misaotra Tompokolahy, Mankasitraka Tompokovavy !

 

Traduction intégrale : Jeannot RAMAMBAZAFY